• New Module Without Title

    Bien avant que la médecine encadre la naissance comme on le voit aujourd’hui, les femmes accouchaient entre elles. Avec passion et talents, des savoirs transmis des séniors aux juniors! Cette époque n’était pas parfaite, mais elle était alignée sur les besoins et les talents des femmes depuis la nuit des temps! La physiologie de la naissance n’avait pas de nom… il n’y avait aucune autre manière de faire!
    Avec l’arrivée du médecin accoucheur, celle de la médicalisation de la naissance et de l’accouchement en milieu hospitalier… et avec eux des savoirs promettant des succès sur des terrains jusque là impossibles…

On s’est mis à accoucher les femmes…

Les femmes, propriétaires indiscutables de la naissance depuis toujours, se sont vues recluse au rang de figurante. Dépossédé de leur pouvoir. Plutôt que d’être soutenue dans la mise au monde, plusieurs se sont senties infantilisées.

À la demande des femmes et de de la communauté…

Devant ce remaniement des acquis, une communauté s’est soulevée!

Dans le but de reprendre pouvoir et créer l’équilibre, elle exige la préservation de la sagesse sage-femmes en optant pour l’institutionnalisation du métier.

La “légalistaion” de la pratique sage-femme, la création de l’ordre professionnelle, l’accessibilité pour toutes celles qui le souhaitent, à une sage-femmes formée et qualifiée. 

  • Grandes réalisations, grands déchirements...

    Toutes n’ont pas rejoint les rangs de l’ordre. Celles qui ont choisi de rester autonomes ont été rebaptisées femmes-sages par le public. 

    Durant les 5 premières années de la légalisation, les naissances à domicile n’étaient pas accessibles via les sage-femmes de l’ordre, ce sont donc les femmes-sages qui ont répondu à ce besoin qu’avaient certaines de donner naissance à leur domicile. 

    Au vu et au su de tous les acteurs du milieu, cet écosystème transitoire s’est fait en collaboration avec des médecins, des partenaires et des groupes communautaires…

    Jusqu’à une intervention ministérielle visant à stopper la pratique des femmes-sages et enrayer cet écosystème. 

    Convaincu que les besoins n’étaient pas tous comblés, que les femmes sont les seules à pouvoir décider de ce dont elles ont besoin et auprès de qui le trouver…

  • L’ accompagnement à la naissance est né!

    L’héritage de cette époque, de celles que l’on appelait les femmes-sages reconnues par la communauté! 

    Elles se sont adaptées. Elles ont transformé la formation et redéfini le mandat aligné sur ce que les femmes et personnes qui accouchent souhaitaient.

    Évidemment que le monde a énormément changé depuis! Pour le mieux ou pour le pire selon les points de vue!

    Il en demeure que l’accompagnante à la naissance, la doula, est la seule personne qui sera choisie par les futurs parents! 

    Elle mettra son expérience et ses outils aux services de ses clients. Elle sera disponible à toutes heures du jour ou de la nuit. Connaissante, loyale et objective, alimentant les réflexions, les questionnements, solidifiant les acquis! 

Une alliée précieuse devant la diversité de choix et d’écoles de pensées!